Entrevue #2 radio Mike FM (Bilingue)

Le directeur académique d’IKRA académie de massothérapie, parle à 105.1 Mike FM de la croissance de l’industrie de la massothérapie et du nouveau programme de masso-oncologie.

Traduction en français des parties en anglais :

Marie : Mesdames et messieurs, j’ai en studio Anthony Pantazopoulos. Bienvenue Anthony !

Anthony : Bienvenue. Merci beaucoup Marie. C’est un plaisir d’être de retour.

Marie : Vous savez, j’ai parlé un peu de certains developpements dans ce que vous offrez. Il y a maintenant un ajout si important que vous avez ajouté. Je vais donc commencer tout de suite avec ce sujet. Qu’offrez-vous maintenant qui peut aider un cancer ?

Anthony : Excellente question. Nous lançons donc un nouveau programme. C’est un programme avancé et nous l’appelons la « masso-oncologie », donc le massage oncologique et ce n’est pas seulement pour les patients atteints de cancer, c’est aussi pour les soins palliatifs. Ceux qui souffrent de toutes sortes de pathologies ou de maladies en phase terminale, et c’est un programme tellement populaire. Les gens veulent aider les autres, les personnes qui souffrent d’une maladie en phase terminale ou d’un cancer. Masser ce que ça fait pour eux, ça leur donne l’opportunité de renouer avec leur corps, d’avoir une heure de répit face à leur souffrance, à leur douleur, à leur situation. Et, vous savez, nous sommes comme des accompagnateurs, de l’accompagnement. D’accompagner les patients de cette façon agit aussi comme soutien aux infirmières et médecins qui les soignent.

Marie : D’accord. Pour que mon auditoire comprenne, les autres entrevues que j’ai faites avec Anthony, IKRA est un centre spécialisé en massothérapie. C’est ça ?

Anthony : Oui, c’est une école. Nous formons les gens à devenir des massothérapeutes certifiés. Massothérapeutes certifiés pour travailler au Québec. Nous avons commencé avec une école, maintenant nous en avons quatre emplacements. Nous avons quatre emplacements maintenant. Notre concurrent le plus proche vient de fermer son école à Montréal, nous avons donc ouvert une quatrième succursale sur la rue Saint Hubert à Villeray. Donc, c’est à une minute du métro Jean-Talon.

Marie : Et c’est là que se donnent les cours.

Anthony : C’est le quatrième emplacement. Le campus principal est à Verdun, c’est là que nous avons commencé. Mais maintenant, nous sommes dans l’ouest de l’Île à Dollard-des-Ormeaux. Nous sommes à Villeray sur la rue Crémazie, et nous avons le nouvel emplacement sur la rue Saint-Hubert, juste à l’extérieur du métro Jean-Talon.

Marie : D’accord. Quelles sont les caractéristiques que nous recherchons pour devenir un bon massothérapeute ? Vous savez, quelles caractéristiques dois-je avoir ?

Anthony : Tu sais, tu dois vouloir aider les gens. Je veux dire que c’est la chose la plus importante. Vous devez avoir de la compassion. Nous avons eu une journée portes ouvertes le week-end dernier et vous savez, je commence généralement mes journées portes ouvertes en disant aux gens qui s’intéressent au massage que c’est un honneur et un plaisir de les rencontrer car vouloir être massothérapeute veut dire que vous avez un désir d’aider les gens, de la compassion pour les aider à traverser leur stress, leur souffrance, etc. Je pense donc que la qualité la plus importante est la bienveillance et la compassion. Et puis, vous savez, nous sommes là pour former les étudiants sur les aspects physiques, vous mettre à jour pour les techniques, le travail sur les pathologies, mais aussi le professionnalisme, la façon de vous présenter, et ainsi de suite.

Marie : D’accord. Y a-t-il un âge limite pour étudier la massothérapie ?

Anthony : Le plus jeune étudiant est généralement comme — nous n’avons pas moins de 17 ans, généralement 17 ans, vous avez besoin de l’autorisation par signature de vos parents. Et nous avons eu des étudiants jusqu’à 72 ans.

Marie : Ben non, je me prends en exemple, si je voulais le prendre ?

Antoine : Tu sais quoi ? Je t’offre un cours gratuit !

Marie : Mon Dieu !

Anthony : Honnètement, si je peux apprendre à me masser moi-même parce que—je te dis, j’ai eu une très bonne expérience en massothérapie. J’y crois beaucoup. Je suis content de voir qu’il est florissant. Les gens comprennent l’importance de se faire masser. Dans les cultures anciennes, les massothérapeutes étaient respectés autant que des docteurs, dans les cultures anciennes. Ce que j’ai trouvé, c’est que peu importe le système de massothérapie que je choisis, ma circulation répond « Boum ! », et je ressens tout de suite la différence.

Anthony : Oh ouais j’en suis sûr. C’est un travail à plusieurs dimensions. Le système lymphatique, le système circulatoire. Vous travaillez aussi émotionnellement, vous savez qu’il y a des gens qui n’ont pas été touchés depuis des années, et le simple fait d’ avoir ce contact humain avec quelqu’un fait toute la différence . Comme en ce moment à Montréal, il y a une augmentation de 333 % de la demande de massages. C’est énorme depuis COVID, et je pense que l’un des facteurs déterminants est le manque de contact humain. Nous avons traversé une période difficile ces deux ou trois dernières années et les gens ont juste besoin de renouer avec leur corps avec un autre être humain. Je pense donc que c’est l’un des facteurs déterminants, mais vous avez raison, cela fonctionne à tellement de niveaux différents.

Marie : Vraiment, j’ai tout de suite senti la différence, et je vous ai raconté l’histoire d’une amie à moi. Je ne dirai pas le nom. Très connue, très très riche, connue au Québec et elle m’a dit « Marie, si tu ne peux faire qu’une chose, tu sais entre coiffure, manucure, aller au gym , peu importe, me dit-elle : s’arranger pour au moins une message par semaine. Elle avait un masseur qui venait tous les jours. Parce qu’elle avait les moyens aussi, on sera d’accord, mais elle m’a dit au moins une fois par semaine.

Anthony : Je ne suis pas surpris. Mais j’avais un spa avant, et nous avions des clients qui venaient deux fois par semaine. Donc, c’est normal. Mais moi, quand j’ai commencé il y a 25 ans, j’ai commencé dans le massage. Le monde n’était pas si ouvert au massage. Certains se demandaient… « C’est quel genre de massage…?

Marie : Ouais, ouais.

Antoine : D’accord ? Et ça a toujours été présent cette stigmatisation, jusqu’à, je dirais il y a 5-10 ans, je veux dire, si vous êtes un Grec ou l’un de ces autres groupes d’immigrants, il était très difficile d’entrer dans le monde du massage. Nous étions les seuls Grecs à cette époque. Ouais, maintenant, je veux dire, dans chaque nouveau groupe d’étudiants qui passent par IKRA, il y a des immigrants de partout au monde qui apprennent le massage, toute la stigmatisation a changé. Plus de gens y sont ouverts. Ils reconnaissent les avantages pour soulager le stress, pour accompagner quelqu’un qui souffre, comme par exemple le massage pour les gens atteints de cancer ou le massage palliatif, qui aide tellement les gens, donc de plus en plus de gens sont ouverts à cela, les médecins le recommandent, les physiothérapeutes et les cliniciens, tous types de cliniques comme les chiropraticiens auront un massothérapeute à bord.

Marie : Alors pourquoi y a-t-il une demande ?

Anthony : C’est une demande énorme, et qui croît si vite. C’est incroyable.

Marie : OK, donc quelqu’un qui veut s’inscrire dans votre école, la compassion est la première caractéristique, tout d’abord. Bien dit… Quelle est la structure ? Combien de temps faut-il pour terminer le cours?

Antoine : Bonne question. Il existe différents niveaux. Il y a le premier niveau pour travailler au Québec, il faut un cours de 400 heures. Ainsi, un cours de 400 heures vous permettra d’être certifié pour masser les gens dans les spas, les cliniques de massage, pour le stress, la relaxation. Mais pour les gens qui veulent vraiment travailler avec un kinésithérapeute ou un praticien dans un milieu plus clinique, il faut plus de cours comme la kinésithérapie, on envisage environ 1000 heures de formation. La base c’est 400 heures et on ajoute un autre 600 heures de formation dans ce cas. Il y a des gens qui feront les 400 heures de base et ils suivront le cours massage oncologique s’ils veulent travailler avec des gens qui souffrent du cancer, par exemple. Il y a donc toutes sortes d’autres cours possibles, mais nous commençons par le cours de base.

Marie : OK, quand tu dis que ça prend 400 heures, est-ce que je fais ça dans ton école ?

Anhony : Ouais, bonne question. Donc tu vas faire la moitié du programme en ligne, pour les cours théoriques. Nous avons donc des cours zoom en direct avec le professeur, et vous faites des cours d’anatomie, de physiologie, de relations humaines en ligne sur zoom, dans le confort de votre foyer. Et puis, une fois que vous avez terminé, vous venez soit suivre ces cours par la suite, ou dans certains cas, les deux à chaque semaine. Par exemple, nous avons différents programmes en place, nous avons des cours sur 5 mois, c’est-à-dire trois cours par semaine. Alors ils feront d’abord tous les cours théoriques, puis ils viendront faire encore deux mois et demi de cours pratiques. On a un autre cours comme à Villeray, où il y a deux jours de théorie par semaine et deux jours de pratique par semaine. Il y a donc différentes options. On a aussi des cours à temps partiel, pour pouvoir travailler à temps plein en même temps.

Marie : Hô là ! Une minute, je peux être certifiée et commencer à créer ma propre entreprise ou aller travailler dans une cliniques après 5 mois ?

Anthony : Après 5 mois, trois jours par semaine de formation, si tu es avec notre école ? Oui.

Marie : Ok !

Anthony : Pourquoi je dis notre école, parce que nous sommes directement reconnue par la Fédération des massothérapeutes du Québec, et si tu es avec la Fédération, alors 400 heures suffisent. Il y a des écoles qui ne sont pas avec la Fédération, et elles ne peuvent pas travailler après 400 heures, elles ont besoin de 1000h minimum. Mais si vous êtes avec nous, 400 heures, vous êtes prêt à travailler.

Marie : Waouh ! =

Anthony : Ouais, c’est incroyable.

Marie : Faites-vous de l’enseignement ?

Anthony : Personnellement non. Je suis trop occupé. Je dirige—j’ai 4 écoles à diriger.

Marie : Vous les gérez maintenant.

Anthony : J’avais l’habitude de le faire. J’avais l’habitude d’enseigner certains des cours avancés comme la kinésithérapie et le massage sportif. C’est dur d’être directeur et enseignant, parce que vous portez des casquettes trop différentes. Et il est difficile pour les étudiants de faire la distinction.

Marie : Mais vous supervisez vos professeurs ?

Anthony : Oh, je n’ai pas le choix. Ouais, bien sûr. OuJe supervise les professeurs, je dirige les écoles, et c’est très amusant.

Marie : OK, nous allons faire une petite pause. Nous sommes en fin d’heure. Il est maintenant 10h30. Quand je reviendrai, on va interroger Anthony sur—parcequ’il nomme, c’est ça ? Nous avons plusieurs noms de massages différents, quelles sont les différences ? C’est ce qui est beau au Québec, c’est qu’on a tellement d’occasions de se former et puis de se perfectionner, puis de se former et puis de se construire une carrière qu’on aime parce qu’il faut aimer ce qu’on fait dans la vie, et je présume que c’est la même chose lorsqu’on devient massothérapeute.

Anthony : Ah ouais. Je veux dire, vous serez surpris de savoir qui vient suivre les cours de massage. Des médecins ont suivi des cours de massage, des ingénieurs, c’est incroyable. Ou des physiothérapeutes—

Marie : Changer de carrière, j’adore ça.

Anthony : Ou en complément d’une carrière, comme certains le disent tu sais, j’ai toujours voulu étudier le massage. Alors tu sais quoi ? Je vais garder ma carrière mais je vais le faire à temps partiel avec mes amis et ma famille le week-end par exemple.

Marie : D’accord, d’accord. Et pour votre nouvel ajout pour les patients en oncologie. Pour ceux qui ne se sentent pas bien et j »aimerais dire quelque chose ici, parce que vous avez utilisé le mot palliatif. Vous savez quoi ? On va tous prendre la porte de sortie un jour. n’est-ce pas ?  Parfois c’est rapide et tu es parti, tu ne réalises même pas ce qui s’est passé. Mais la plupart du temps, vous savez que vous allez être conscient et que vous allez devoir changer votre façon de penser et votre style de vie pour vous préparer à franchir cette porte de sortie. Je ne peux rien imaginer de plus merveilleux que d’avoir quelqu’un qui vienne me faire un massage et m’aide à traverser cette douleur et me fasse me sentir mieux à ce moment-là.

Anthony : Ouais, c’est qu’il y a beaucoup de gens à grand cœur qui veulent travailler dans ce domaine. Ce n’est pas un domaine facile d’accès. Il faut apprendre beaucoup d’aspects spécifiques différents, il faudra peut-être adapter le massage. Et quelqu’un avec le cours de 400 heures ne peut pas entrer dans ce domaine. Je vais vous donner un exemple, lorsque vous apprendrez dans ce programme, vous apprendrez les différents types de pathologies telles que le cancer, la leucémie, la maladie de Parkinson, différents effets physiologiques, de ces pathologies, et quelque chose très intéressant c’est les médicaments. Tous les médicaments associés et qui sont prescrits, il faut comprendre comment ça marche. Et la raison en est que lorsque vous donnez un massage, disons que quelqu’un prend beaucoup d’analgésiques, par exemple, et que vous lui donnez un massage et dites, oh, je ne ressens rien, j’ai besoin que vous alliez plus fort. Vous ne pouvez pas. Si tu appuis fort, tu pourrais blesser la personne. Vous apprenez donc toutes sortes de techniques adaptées à certaines pathologies, à certaines personnes. Vous êtes là pour accompagner les infirmières et les médecins qui soignent le patient. Pour nous, en tant que client, nous ne traitons personne, nous sommes là pour aider et soutenir le protocole de traitement. Nous devons nous assurer de le faire d’une manière qui n’entrave pas le protocole de traitement. Il y a donc beaucoup à apprendre, mais c’est un chemin tellement gratifiant à suivre.

Marie : Oh, j’imagine, vous savez, vous rentrez chez vous après le travail et vous avez apporté un sourire et vous avez fait en sorte que quelqu’un dans cette situation, même pour cette heure, se sente mieux. Quelle incroyable contribution spirituelle.

Anthony : Et il n’y a pas que les adultes. Vous travaillez sur des enfants. Il y a aussi beaucoup d’enfants qui souffrent. Donc, oui, il y a des fondations, il y a des maisons de soins palliatifs, il y a des cliniques hospitalières et des environnements hospitaliers avec lesquels vous travaillez .

Marie : Et vous formez ces experts ?

Anthony : Nous les formons, ouais. Je travaille en ville avec une amis a une école dans les Laurentides Masso-tech. C’est une femme merveilleuse, et nous nous sommes réunis, vous savez, pourquoi ne pas offrir cela à Montréal ? Nous offrons donc le programme maintenant à Montréal et c’est une configuration intéressante. Il est mis en place une fois par mois. Et ça va être donné dans un hôtel qui reste à déterminer. La formation prend 10 mois. Et pourquoi on fait ça ? C’est parce qu’il y a des gens de partout au Québec qui vont beaucoup voyager tous pour suivre ce cours. Il y a une énorme demande pour ce cours.

Marie : Waouh !

Anthony : La demande existe des deux côtés, pour les gens qui veulent engager des praticiens dans le monde des soins palliatifs et de la masso-oncologie. Ils sont tellement ouverte aux massothérapeutes qui veulent les aider.

Marie : Oh mec ! Masso-oncologie. J’apprends quelque chose tous les jours, jeune homme. Chaque jour j’apprends quelque chose. D’ACCORD. J’ai grandi à l’époque à laquelle vous avez fait référence, où «Oh, massage….!»

Anthony : Exact.

Marie : Tu vois, bon, et je me souviens du suédois, on a tous entendu parler du massage suédois. Et en gros, «tu veux un massage régulier ou tu veux un massage suédois ?»

Anthony : Exact.

Marie : Et le massage suédois était censé être celui qui était le plus lourd, qui faisait mal ou quelque chose comme ça.

Anthony : Ouais. OK, je vais vous donner un peu de contexte. Quand j’ai commencé il y a 25 ans, j’ai commencé un massage tuina, c’est un massage chinois. OK, et le massage chinois est basé un peu, comme l’acupuncture, les points d’acupuncture. Et donc je me suis lancé dans le massage chinois. C’est bien des années plus tard que j’ai étudié le massage suédois. Et à partir de là, j’ai étudié—

Marie : Quelle est la différence ?

Antoine : D’accord. Les massages suédois sont donc plus biomécaniques, viennent d’une perspective occidentale. Nous regardons donc les muscles, les origines de ces insertions. Et le massage chinois, vous recherchez des méridiens et des points, ce qui est, d’un point de vue occidental, très différent. Mais tout le monde m’a demandé, eh bien, si vous avez commencé par le massage chinois, pourquoi enseignez-vous le massage suédois ? Je vais vous dire pourquoi. Nous commençons la base avec le massage suédois, car nous croyons que c’est la meilleure base à obtenir au Québec. Obtenez votre base et votre massage suédois et à partir de là, si vous voulez faire du Shiatsu, vous pouvez faire du Shiatsu. Vous voulez faire un massage chinois, c’est bien. La kinésithérapie qui est plus avancée ou encore Masso-oncologie… Mais il est important d’obtenir la base en premier car c’est le massage le plus demandé en Amérique du Nord.

Marie : KINÉ, pouvez-vous expliquer celui-là ?

Anthony : La kinésithérapie est essentiellement un massage suédois avancé, donc nous allons un peu plus loin. Vous avez donc votre base en massage suédois, vous avez appris les muscles, les origines et les insertions, vous savez comment masser quelqu’un. Maintenant, vous voulez aller un peu plus loin et vous occuper des pathologies. Nous ne diagnostiquons pas, nous ne traitons pas, mais nous aidons. Donc, si quelqu’un arrive avec le syndrome du canal carpien ou une déchirure du tendon d’Achilles ou, je ne sais pas, ou un lumbago.

Marie : Ça doit être bon pour les athlètes.

Anthony : Énorme. Il y a donc un lien avec ce massage plus sportif dans la kinésithérapie. Et ceux qui font le programme de kinésithérapie, ou le programme de massage sportif, seront plus nombreux à travailler avec des cliniques avec des chiropraticiens et des physiothérapeutes. Ils connaîtront le language, ils connaîtront les techniques spécifiques aux athlètes, et ainsi de suite.

Marie : C’est ce qu’on m’a recommandé.

Antoine : Bien sûr.

Marie : Quand j’ai eu des blessures.

Antoine : Oui exactement.

Marie : J’allait en fait dans une clinique sportive.

Antoine : Exact. Et il y en a pas mal autour de Montréal. Et ils ont des gens bien formés et beaucoup de mes étudiants travaillent là-bas, travaillent dans ces cliniques sportives.

Marie : D’accord ! Oh mec! Je me souviens qu’une fois je suis allé faire soigner mon genou. Et je n’arrêtais pas de dire au gars, tu ne peux pas aussi masser mon cou et mes épaules ? Et il me regardait de travers, MADAME !

Anthony : Mais vous savez ce qui est drôle, c’est ce que je dirais parce que j’ai étudié le massage chinois. Parfois, vous aurez un problème avec votre genou, mais cela vient de votre cou et de votre épaule. C’est ce que diraient les Chinois. Et c’est pourquoi je dirai à tout le monde quand ils étudient le massage biomécanique comme le suédois et la kinésithérapie, si vous avez une chance et l’opportunité, faites un cours de shiatsu, faites un cours de massage chinois, ce sera un grand compliment à votre biomécanique…

Marie : Vous les donnez ?

Anthony : Oui. Nous les faisons. Et vous savez, maintenant que, comme je l’ai dit, l’un de nos concurrents a fermé, nous avons beaucoup d’enseignants qui nous appellent pour nous dire, hé, pouvons-nous faire un cours de shiatsu dans votre école ? Pouvons-nous faire ceci et cela? Je regarde les différents professeurs et je vais commencer à ajouter de nouveaux cours et on verra dans le futur.

Marie : D’accord. Maintenant, je vais te lancer autre chose. Et encore une fois, pardonnez ma naïveté, d’accord ? Nous l’avons vu dans des films, et peut-être lu dans un livre où un massage oriental, où la fille marche sur le dos. Est-ce une vraie chose ?

Anthony : En Asie ? Oui. Oh oui! Au Québec, vous ne pouvez pas faire cela. Vous pouvez blesser quelqu’un, c’est vrai. Nous ne voulons blesser personne. Nous ne permettrons donc pas cela au Québec.

Marie : Mais il y a une méthode à leur folie quand ils le font en Orient.

Anthony : Bon, eh bien, vous regardez quelqu’un qui pèse peut-être 90 livres. Donc, si vous pesez 90 livres, je suis un gros gars, je pèse plus de 200 livres, ça ne va pas me faire de mal. Mais si je dois marcher sur quelqu’un qui pèse 100 livres, 150 livres, ça le tuerait probablement. Tu sais que je prends une chance parce que si tu marches sur la colonne vertébrale, tu pourrais blesser quelqu’un. Mais j’ai un ami qui a étudié en Thaïlande et quand il masse il va monter sur la table et masser la personne, il ne fait pas ça au Québec. Mais il me disait qu’il se levait et utilisait ses genoux pour appuyer à l’arrière de leurs cuisses. Je veux dire c’est… Mais on ne fait pas ça ici.

Marie : Non, non il faut savoir faire.

Anthony : C’est un peu, c’est un peu trop intime aussi.

Marie : Je pense avoir vu ça dans le film de James Bond où elle s’accroche… Ils s’accrochent à une étagère en haut.

Anthony : Un râtelier ou une corde, et ils marchent juste sur la personne.

Marie : Et ils s’assoient simplement sur votre dos. Des choses minuscules, maigres et belles. Je les envie ! Je pèse trois fois ça. Oublies ça, si je te marcher sur le dos. Tu ne te relèveras plus jamais, en tout cas !

Anthony : C’est toujours amusant quand je viens ici.

Marie : Non, mais c’est parce que j’y crois tellement, et je suis contente qu’il y ait une demande. Si vous envisagez de changer de carrière, si vous avez cette compassion et que vous voulez travailler, ce cours maintenant, les massages en oncologie , ça prend 10 mois, vous avez dit.

Anthony : 9 mois, 9-10 mois c’est une fois par mois. Il y a deux aspects du cours. Si quelqu’un veut l’attestation, c’est 225 heures. Ils feront des stages cliniques sur des patients atteints de cancer. Si quelqu’un veut les diplômes, c’est 75 heures de plus et ensuite il décidera s’il veut travailler davantage sur le cancer en milieu hospitalier ou s’il veut commencer à travailler spécifiquement sur les soins palliatifs. Et ils ont le choix. S’ils veulent travailler avec des enfants, avec des adultes.

Marie : Vous enseignez pour travailler avec les enfants aussi ?

Anthony : Oui, c’est dans ce programme.

Marie : D’accord.

Anthony : Donc, en gros, pendant les 75 heures supplémentaires, vous irez travailler en stage pour enfants si c’est ce que vous voulez.

Marie : Prochain point. Je suis un grand fan de réflexologie.

Antoine : Ah oui !

Marie : J’adore la réflexologie . J’ai eu de la réflexologie avec le… je les appelle Doctor Wing, à la chinoise, et j’ai eu de la réflexologie d’une jeune femme qui a suivi un cours, je ne sais pas, c’était tellement différent, comme le jour et la nuit. Pourquoi?

Anthony : Eh bien, tu sais, écoute, j’étais très bon en massage. J’avais donc un spa et les gens venaient et j’essayais de demander aux gens de se faire masser par d’autres thérapeutes et ils disaient, non, je veux Anthony, je veux Anthony. Je suis devenu très bon en massage. Donc, la raison pour laquelle je suis devenu très bon, c’est parce que j’étais un homme dans le massage, il y a 25 ans, il n’y avait pas un homme qui commençait dans le massage. Et j’ai dû faire mes preuves. Et j’ai tout simplement adoré. J’en suis tombé amoureux. Donc, ce que je ferais, c’est que je ferais le tour de Montréal et donnerais gratuitement des massages à des gens qui étaient des experts dans le domaine. Je peux donc vous offrir des massages gratuits pour obtenir des commentaires de votre part. Et je l’ai fait si souvent, en même temps, je me suis cassé une vertèbre du cou en jouant au football. Je me suis blessé et je souffrais tellement. Donc je verrais tellement de thérapeutes différents. Lorsque vous êtes et lorsque vous recevez un massage, vous apprenez également des techniques dont vous ressentez la façon dont elles agissent sur vous. Je suis donc devenu très bon en massage. Donc ce que j’essaie de dire, c’est que tu vas rencontrer quelqu’un de très bon et quelqu’un de moyen. Et donc, quel était le nom? M. Wing ?

Marie : Non, le docteur Wing.

Anthony : Ouais, c’est probablement quelqu’un qui a étudié 20 ans en Chine, il doit être incroyable.

Marie : Et pas seulement ça, il utilise des techniques transmises d’arrière-grand-père, à grand-père–,

Anthony : Ouais, c’est le meilleur.

Marie : Incroyable.

Anthony : Ouais, c’est le meilleur. Nous essayons de faire de même. Vous savez, nous avons des enseignants de partout. La plupart de mes professeurs ont plus de 20 à 30 ans d’expérience en massage. Ils ont peut-être 10 types différents de ceintures. Et ainsi ils entreront et ils enseigneront à partir de leur étendue d’expérience.

Marie : Ce qui s’est passé avec moi, c’est que j’ai eu une blessure à la colonne vertébrale où… j’ai recherché des solutions à cause de la blessure.

Antoine : Ah ! Cela a-t-il blessé l’un de vos disques ?

Marie : Oh, c’était incroyable. Je ne pouvais pas bouger. Je ne pouvais pas. Ils m’ont dit que vous auriez besoin d’une intervention chirurgicale. Et puis quelqu’un m’a dit, essayez ce monsieur. Il ne tape pas sur son tambour. Il n’a pas de publicité, rien. Il a une clientèle très particulière. Je dois obtenir une référence. Ils ont dû appeler à l’avance pour lui dire que j’appellerais. Et il est venu et il avait sa propre chaise. Il est venu avec une infirmière qui traduirait pour lui, car il ne parle pas la langue.

Anthony : Waouh. Intéressant.

Marie : Ouais. Et il avait sa propre chaise et c’était une chose bizarre. Ni grand ni encombrant. Il fallait le chevaucher et se pencher dessus. Parce qu’elle lui avait dit le problème que j’avais. Il m’a massé 1, 2 fois et lors de la troisième visite, son infirmière m’a dit: «Voulez-vous me tenir la main ou mordre dans quelque chose?» Elle a même eu comme vous le voyez dans les films, parce que le docteur Wing va maintenant remettre la vertèbre. Et j’ai pensé, moi non plus je ne marcherai plus jamais. Non, parce que quand vous entendez bien, je veux dire, vous jouez avec ma colonne vertébrale. Et d’autres m’ont dit, la médecine blanche m’a dit que j’avais besoin d’une intervention chirurgicale. Ein ? Quoi qu’il en soit, je suis là. Je marche. Et je suis retournée au ballet pendant des années.

Anthony : Ouais. Ouais. Ben il m’est arrivé la même chose. Je veux dire, j’ai commencé le massage parce que j’ai rencontré un acupuncteur qui m’a énormément aidé.

Marie : Vous voyez ?

Anthony : Et j’ai dit tu sais quoi ? Je crois en ce truc, ça m’a aidé. Alors j’ai dit que je voulais aider les autres. Et c’est là que j’ai commencé.

Marie : Et je vais vous dire, elle avait raison à propos de la douleur. Ils m’ont dit de prendre une profonde inspiration, et pendant que j’expirais, il l’a replongée.

Anthony : En tant que massothérapeute, nous ne manipulons pas la colonne vertébrale à cet égard, nous avons des chiropraticiens pour cela. Mais oui, vous avez ces gens d’Asie.

Marie : 100 ans à faire ça ! Des arrière-grands-pères à… Je n’ai donc pas douté d’eux. Je les ai crus. Je l’ai vu lui. C’était un gentleman sérieux d’un certain âge, vous savez. Ce n’est pas le jeune de 20 ans qui a entendu parler de son grand-père et pour être tout à fait honnête, il passe 6 mois par an en Chine, il a un client, une famille très riche, et il a soigné toute la famille. Ils le font voyager. Et il a une famille ici au Québec où le petit garçon est né avec un problème à la jambe. J’oublie maintenant. Et les médecins disaient encore une fois qu’il aurait besoin d’une intervention chirurgicale, d’une intervention chirurgicale, et il a travaillé sur la jambe, et la jambe a commencé à travailler et s’est redressée et tout.

Anthony : Wow, c’est incroyable.

Marie : Toutes les techniques. Toutes les techniques anciennes, donc le massage, si vous apprenez correctement et c’est pourquoi nous avons Anthony ici aujourd’hui, si vous apprenez correctement, est un art ancien.

Anthony : Ah ouais.

Marie : Un art ancien.

Anthony : C’était très populaire auprès des Grecs et des athlètes olympiques.

Marie : Ouais, ouais, c’est devenu plus moderne et on s’est dit que c’était une mauvaise chose à faire individuellement. Ouais.

Antoine : Exact.

Marie : D’accord, Mesdames et Messieurs. Une carrière qui, financièrement, paie très bien, une carrière où vous aidez les gens, une carrière où ce que vous allez faire, c’est de la communion avec votre entourage. Et tu ne vas pas chercher longtemps pour trouver le boulot.

Antoine : Ah non. Écoutez, je n’ai jamais vu une telle augmentation de la demande de massothérapeutes. 25 ans que je suis dans le domaine, j’avais un spa, nous avons chaque semaine des spas partout à Montréal qui affichent sur notre site Web, demandent des thérapeutes. Nous avons des spas prêts à donner des primes de signature aux étudiants ou à payer un programme pour leur programme afin qu’ils viennent travailler pour eux. Il n’y a jamais eu une telle demande. Donc, si vous voulez trouver un emploi et changer de carrière, c’est le moment idéal pour le faire.

Marie : Ou ajouter à votre carrière, comme vous l’avez dit.

Anthony : Ou ajouter à…

Marie : Si vous êtes semi-retraité ou pour quelque raison que ce soit. Vous ne faites que 20 heures par semaine, je veux dire, AllÔ !

Antoine : Ouais.

Marie : D’accord, où contactent-ils ? Où puis-je voir pour m’inscrire?

Anthony : Alors le mieux est de nous appeler à notre bureau principal à Verdun, 514-507-7399 .

Marie : Pouvez-vous répéter cela s’il vous plaît monsieur ?

Anthony : Oui, 514-507-7399 . C’est notre campus principal. C’est le 5101, rue Wellington, 514-507-7399 . Et toutes les informations sont sur le site, IKRAMassage.com. Alors IKRAMassage.com.

Marie : IKRAMassage.com

Anthony : Tout le monde me demande ce que veut dire IKRA, c’est une Institut Kinétique de réhabilitation appliquée.

Marie : Waouh !

Anthony : C’est donc un acronyme.

Marie : D’accord, d’accord. IKRAmassage.com . Question, peut-on s’inscrire tout de suite ? à une certaine date de début de cours ?

Anthony : Tous les cours commencent fin janvier. C’est donc un nouveau semestre, donc dans les deux à trois prochaines semaines . Vous pouvez vous inscrire en ligne, vous pouvez nous appeler, il suffit de vous inscrire, de nous donner un acompte, nous vous préparerons, nous commanderons vos livres et vous préparerons à commencer le cours.

Marie : D’accord. Moi, mon rêve maintenant est de convaincre l’un des meilleurs techniciens en massages, qui est Anthony, de trouver une heure.

Anthony : N’importe quand pour toi, Marie. Allez, tu le sais !

Marie : Au fait, ça dure combien de temps, un massage moyen ?

Anthony : En général, c’est une heure ou une heure et demie.

Marie : D’accord.

Anthony : Mais nous avons des cours de massage sur chaise où les gens apprennent à faire un massage sur chaise d’une demi-heure.

Marie : Oh le cou et la tête !

Anthony : Oui. Et le dos et les bras. Je peux faire venir quelqu’un ici avec une chaise, donner à tout votre personnel un bon massage de 20 minutes. Et c’est à nos frais parce que je t’aime tellement.

Marie : Ohh

Anthony : Pour une amie Grecque, qui fait un excellent travail.

Marie : Oh mec ! Écoutez, on fait ce qu’on peut hein? C’est aussi une caractéristique des Québecois, ils sont joviaux, des Québécois, décontractés. Mais quand ils s’appliquent… !

Antoine : Ah ouais.

Marie : Une québéquoise vient de gagner le mondial de ski en fin de semaine. Et j’ai vu cette fille descendre et je me suis dit, eh bien, voyons, il n’y a personne qui peut battre l’Allemand, le Suisse, l’Italien , devinez quoi ? La québéquoise vient de descendre cette colline. Je pense qu’elle avait les yeux fermés à cause de la vitesse à laquelle elle roulait. Oh mon Dieu . Puis j’ai dit «oh ma belle petite québécoise, bravo, bravo ! «

Anthony : Nous avons de la chance d’être ici . Je veux dire qu’ils disent pourquoi suis-je ici ? Pourquoi restez-vous au Québec? C’est parce que la joie de vivre, les gens, sont plus ouverts, c’est plus européen. J’adore.

Marie : Non non. C’est bien dit. 514-507-7399 ou visitez IKRAmassage.com. Et je suis preneuse pour ce massage sur chaise !

Antoine : Super !

Marie : Et j’espère que vous reviendrez ici.

Antoine : Oh, bien sûr.

Marie : Les gens adorent vous écouter. J’ai eu de très bons commentaires la dernière fois.

Antoine : Merci beaucoup. Ce fut un plaisir.

Marie : Et tu es un très beau jeune homme.

Antoine : Ah merci !

Marie : D’accord. Merci de nous avoir rejoint à Mike FM.

 

 

Panier0
There are no products in the cart!
Poursuivre les achats
0