Entrevue avec Dominique (professeur de massage suédois)

Après avoir suivi le cours d’introduction au massage suédois (lisez mon expérience ici), j’ai pu m’asseoir avec notre fantastique professeur, Dominique Champagne, et quel plaisir ce fut. Avec plus de 30 ans d’expérience en massage et 20 ans d’expérience en enseignement, j’ai été époustouflé par la passion et l’enthousiasme qu’elle a encore pour l’art de la massothérapie. Nous avons parlé de l’importance des détails, de la compétence qu’il faut pour aider les clients à se sentir à l’aise et de la joie de voir ses élèves grandir pendant le cours professionnel de 400 heures de Massage Suédois 1.

Alors, Dominique, je suis curieux : qu’est-ce qui pousse quelqu’un à choisir un massothérapeute et à rester avec lui ?

La connexion qu’un client a avec un massothérapeute est vraiment ce qui le ramène. Mais ce qui fait ce lien est très personnel. Il se peut qu’un client aime le toucher du massothérapeute, ou peut-être qu’il aime sa personnalité, il se peut même qu’il se sente à l’aise avec ce massothérapeute. Il est très important que les clients se sentent à l’aise. Quelqu’un peut très bien masser, il y a une excellente connexion, mais peut-être que le client a froid pendant tout le massage et que vous ne le revoyez plus jamais.

Je suppose que les détails comptent vraiment.

Absolument! Beaucoup de choses peuvent rendre un client mal à l’aise. Peut-être que le massothérapeute met toujours la même musique et c’est ennuyeux. Peut-être qu’un client est rebuté parce que ça sent toujours le patchouli. Le massothérapeute pourrait être génial, mais vous détestez le patchouli ! Cela fait une différence. Le massothérapeute doit être conscient de ces choses.

Il semble que vous devez vraiment communiquer avec vos clients en tant que massothérapeute.

Oui. Il faut se poser des questions : « Y a-t-il un endroit où vous n’aimez pas qu’on vous touche ? Êtes-vous chatouilleux ? Quel type de pression aimeriez-vous aujourd’hui ? » Et non seulement vous devez demander à vos clients quels sont leurs besoins avant un massage, mais vous devez aussi les encourager à vous dire ce dont ils ont besoin. Ouvrez la voie de la communication et faites savoir à vos clients qu’ils peuvent vous parler. C’est aussi simple que de dire « Dis-moi s’il fait trop chaud » ou de demander « Est-ce que la musique est bonne ? » Vous devez aider le client à vous faire savoir ce dont il a besoin.

Mais vous devez également trouver un équilibre, n’est-ce pas ? Certains clients veulent simplement lâcher prise et ne pas se faire poser trop de questions.

Bien sûr. Vous devez avoir du bon sens et être très conscient de ce dont vos clients ont besoin, qu’ils disent quelque chose ou non. Vous devez apprendre à écouter avec plus que vos oreilles.

Ah, j’aime ça ! Pouvez-vous m’en dire plus sur “écouter avec plus que vos oreilles ?”

Eh bien, vous devez être très présent et sentir si votre client se sent à l’aise ou non. Un bon massothérapeute écoute non seulement ce que disent ses clients, mais aussi ce que leur corps leur dit. Que ressentez-vous dans vos mains lorsque vous touchez un client ?

Nous apprenons de nombreuses techniques dans le cours professionnel de massage suédois 1, et souvent les étudiants pensent qu’ils doivent faire autant de manœuvres que possible. Mais quand vous sentez qu’il y a de la tension, vous devez pouvoir faire confiance à ce que vous ressentez et prendre la décision d’arrêter et d’y rester.

Parfois, je fais un massage et je me dis ‘wow, ça fait longtemps que je travaille sur l’épaule’. Mais avec mon expérience je sais que je n’y suis pas pour rien. Il y a une raison. C’est de l’intuition, c’est de l’instinct.

Puis, après le massage, une personne vous dira ‘Hey tu sais quand tu es resté si longtemps sur mon épaule ? Wow, c’était si bon. Merci beaucoup. » Vous écoutez avec votre corps, avec vos cellules. C’est très particulier de masser.

C’est beau, Dominique. Mais pouvez-vous apprendre à ressentir cette tension ou est-ce un talent naturel ?

Votre sens du toucher se développe au fur et à mesure que vous pratiquez. Certains élèves l’ont dès le début, mais avec la pratique, la sensibilité de chacun s’améliore. Le plus difficile est la confiance.

Je dis toujours à mes élèves : « Vous devez faire confiance à vos mains. Votre corps le sait. » Très souvent, ils craignent d’oublier ou de faire quelque chose de mal. Mais le corps se souvient. Il faut lâcher prise et faire confiance. Vos mains sauront où aller, elles le sentiront.

J’aime le pouvoir de l’intuition, mais la technique est toujours importante, n’est-ce pas ? Vous avez besoin des deux, n’est-ce pas ?

Bien sûr. La technique est très importante au début. C’est ainsi que vous construisez l’intuition. Prenez un musicien classique, la plupart ne se contentent pas de prendre une guitare et de savoir jouer. Vous devez commencer quelque part. On apprend les gammes, les techniques, le positionnement des mains, puis l’improvisation vient plus tard.

C’est la même chose avec la massothérapie. Vous devez apprendre à positionner votre corps, à transférer votre poids et à effectuer les différentes manœuvres. Ce sont les échelles. Puis, avec de la pratique, vous commencez à tout rassembler. Ce sont ces aspects techniques qui vous permettent d’utiliser votre intuition.

Cela me rappelle. Une chose que j’ai remarquée pendant le cours d’introduction, c’est à quel point vos mouvements ressemblaient à du tai-chi.

C’est fou que tu dises ça ! Oui, le massage suédois est très tai chi ; nous essayons d’utiliser le moins d’énergie possible. Les mouvements sont super fluides, et je ne force jamais. Je dis toujours à mes élèves que le massage est relaxant, tout comme le tai chi. Et donc, il n’est pas nécessaire d’essayer si fort.

Je vous entends, mais wow c’est plus facile à dire qu’à faire.

Ha! Ha! Oui, ce n’est pas si facile. Mais c’est tellement amusant de voir les progrès de l’élève. Ils commencent par essayer si fort, et ils ont de réelles difficultés à se laisser aller à la paresse et à laisser leur corps partir. C’est incroyable quand on voit à quel point ils sont capables de se détendre à la fin du cours de 400 heures.

J’aime à quel point vous êtes excitée lorsque vous commencez à parler de vos élèves. Dites-moi, qu’est-ce que vous préférez dans l’enseignement du cours professionnel de suédois 1 ?

Vous savez, ces classes sont un espace sûr. Les gens se sentent très ouverts à parler d’eux-mêmes et un sentiment de famille devient très fort entre les élèves. Ils se touchent beaucoup, plaisantent, se font des câlins, tout le monde travaille ensemble. C’est tellement amusant à voir du début à la fin.

C’est pourquoi j’aime ce travail. Voir des étudiants aimer leur métier. Les voir grandir individuellement et ensemble en tant que groupe. Ils s’amusent tellement et deviennent si ouverts les uns avec les autres. Il y a des amitiés profondes qui se développent. Et ces cours changent les gens. Vraiment, il y en a dont la vie se transforme complètement.

Dominique, si quelqu’un envisage de suivre le cours professionnel de suédois 1, mais qu’il n’est pas sûr, que peut-il faire pour savoir si cela lui convient ?

Faire le cours d’introduction de 15 heures. Vous saurez tout de suite. Vous apprendrez si vous êtes à l’aise de toucher des inconnus ou non, si c’est trop dur pour vous ou si vous adorez ça.

Merci beaucoup Dominique, ce fut un plaisir de discuter avec vous.

Bienvenu, Joe. N’importe quand.