A massage therapist using an advanced technique on a client.

Le pouvoir du toucher

Il y a un besoin croissant dans notre société pour le toucher. Avec les confinements et la distanciation sociale, les Montréalais, les gens partout en Amérique du Nord et dans le monde sont plus isolés physiquement qu’ils ne l’ont jamais été.

Même avant la Covid-19, la culture nord-américaine n’était pas particulièrement susceptible au toucher. En dehors de la famille, des amis ou des partenaires sexuels, la plupart des Nord-Américains ont rarement des contacts physiques les uns avec les autres au-delà d’une poignée de main ou d’un câlin occasionnel.

Culturellement, la plupart d’entre nous ne réalisent pas à quel point le toucher joue un rôle important dans notre état général de bien-être. Mais des études suggèrent que le toucher physique est un besoin humain qui peut contribuer directement à la santé émotionnelle et physique.

 

Famine du toucher

La famine du toucher est une chose réelle. C’est un phénomène psychologique qui se produit lorsque les gens passent des périodes prolongées avec peu ou parfois aucun contact physique avec les autres.

Elle peut se manifester par une anxiété accrue, des taux de cortisol plus élevés, une pression artérielle plus élevée, des niveaux accrus de stress et parfois même une dépression.

Mais, parce qu’il apparaît souvent comme un sentiment de solitude, de tristesse et d’isolement, les personnes qui souffrent de manque de toucher ne réalisent pas toujours que ce qui leur manque, c’est le toucher physique. Ce malentendu provient du fait que la plupart des gens ne sont pas conscients de l’importance du contact humain pour notre santé, notre développement et notre croissance.

 

Two sets of hands holding each other with fingers intertwined.
Photo by Zoe on Unsplash

 

Développement sain

Selon une étude à Stanford, il a été démontré que le contact entre les mères et les nourrissons améliore les habitudes de sommeil des bébés, contribue à une meilleure digestion, réduit l’agitation chez les bébés et entraîne moins de cas de dépression post-partum chez les mères.

Non seulement cela, mais un certain nombre d’études au début du 20e siècle ont montré que les bébés qui n’étaient pas maternés ou touchés d’une manière attentionnée semblaient se développer plus lentement, à la fois physiquement et socialement. Une étude portant sur les taux de mortalité dans les orphelinats a démontré que les bébés qui n’étaient pas touchés affectueusement physiquement grandissaient plus lentement que ceux qui l’étaient. Si vous souhaitez en savoir plus, consultez cet article.

Ces études suggèrent que le toucher physique est fondamental pour notre croissance en tant que nourrisson, et certains pensent que c’est parce qu’il communique une connexion.

 

A baby grabbing a mothers hand
Photo by Sarah Chai from Pexels

 

Le toucher comme communication

Nous ne considérons généralement pas le toucher comme une forme de communication, mais c’est exactement ce que c’est. Le toucher est notre toute première forme de communication.

En tant qu’enfants, c’était ainsi que nous connaissions nos mères. C’est ainsi que nous distinguions le confort de la douleur. Sans langage verbal, le toucher était la façon dont nous avons reçu nos premiers messages du monde. Et pourtant, à mesure que nous vieillissons, il nous informe constamment.

Scientifiquement, une telle chose est difficile à prouver, mais nous pouvons tous ressentir le message de connexion que le toucher communique. Une main sur l’épaule d’un ami, un câlin affectueux d’un frère ou d’une sœur, tenir la main d’un membre de la famille malade, ces messages tactiles signalent l’acceptation, le soutien, la sécurité et la connexion à un niveau au-delà des mots.

C’est peut-être ce message même qui rend le toucher si crucial pour le développement des nouveaux bébés. Je veux dire, quel message pourrait être plus critique pour un nourrisson, soudainement séparé de l’utérus, que : vous n’êtes pas seul ? C’est peut-être pour cela que le toucher est si puissant, car même après l’enfance, il nous rappelle, de manière très concrète, que nous ne sommes pas seuls.

 

a man massaging a woman's back providing therapeutic
Photo by Toa Heftiba on Unsplash

 

La massothérapie, un remède contre la famine du toucher

Avant le confinement, beaucoup de ceux qui aspiraient au toucher, sans même le savoir consciemment, se sont rendus chez des massothérapeutes pour recevoir le contact attentionné, compréhensif et sans jugement dont ils avaient besoin.

Malheureusement, même ce toucher n’était pas facilement accessible pendant les périodes de confinement, aggravant l’isolement pour beaucoup.

Cependant, avec des restrictions réduites et des massages à nouveau disponibles, les massothérapeutes qualifiés et compatissants sont plus recherchés que jamais.

En offrant une atmosphère professionnelle, bienveillante et accueillante où les clients peuvent avoir confiance pour être touchés d’une manière thérapeutique et respectueuse, les massothérapeutes peuvent aider à remédier à la famine du toucher.

 

Au-delà du toucher : le pouvoir des mains habiles

Plus qu’un simple toucher, les massothérapeutes le font avec une grande habileté, ce qui se traduit par plus de bienfaits thérapeutiques. Au fur et à mesure que les massothérapeutes développent leur technique, acquièrent plus d’expérience et développent leur sensibilité tactile, ils deviennent plus aptes à communiquer l’acceptation, le calme et la compréhension par le toucher.

Dans un monde soumis à un nouveau niveau d’isolement physique, la demande d’un toucher habile et thérapeutique augmente. Et parce que tout le monde n’a pas de relations dans sa vie qui permettent le toucher, le besoin de massothérapeutes professionnels bien formés n’a jamais été aussi grand.

Panier0
There are no products in the cart!
Poursuivre les achats
0