Zaw Lazum - IKRA Academy graduate holding up his certificate from IKRA Academy

Célébrer Zaw – diplômé de IKRA Académie

Cette semaine, nous aimerions célébrer Zaw Lazum, diplômé de IKRA Académie de massothérapie. Originaire de Birmanie, la passion et l’éthique de travail de Zaw font de son histoire à succès une source d’inspiration pour tous ceux qui rêvent de gagner leur vie en faisant ce qu’ils aiment.

Il a un emploi génial à temps plein au Scandinave Spa dans le vieux port. Il a travaillé avec des célébrités qui ne lui ont donné que des commentaires positifs. Et il a des clients privés avec qui il travaille depuis l’oasis calme de sa maison. Il fait ce qu’il aime et il gagne sa vie en le faisant. Pour moi, c’est la définition du succès, mais cela n’a pas toujours été une route facile.

 

Faire l’effort

Lorsque Zaw est arrivé au Canada il y a cinq ans et demi, il connaissait déjà le massage birman, mais n’avait aucune certification officielle. Donc, il ne pouvait pas gagner sa vie en tant que massothérapeute.

Pendant ses deux premières années au Canada, Zaw a fait tout ce qu’il pouvait pour joindre les deux bouts. Il a travaillé comme serveur, lavait la vaisselle, nettoyait, trouvait du travail dans des cafés. Il faisait ce qu’il fallait pour payer le loyer et mettre les pieds sur terre.

Puis, après 2 ans de travail aléatoire et de cours d’anglais et de français, Zaw a trouvé IKRA Académie de massothérapie et s’est inscrit au cours professionnel de massage suédois.

Pendant un an, il a étudié à temps partiel tout en travaillant d’autres emplois pour payer les factures. C’était beaucoup sur ses épaules, surtout avec les barrières linguistiques et culturelles, mais Zaw n’a pas abandonné. Le massage était ce qu’il voulait faire. C’était ce qu’il avait toujours fait.

 

Zaw Lazum performing Centripetal pressure on each side of the spine.

 

Les premières années de Zaw

Le massage fait partie de la vie de Zaw depuis très tôt. Jeune garçon, il massait sa mère et ses grands-parents, et ce faisant, ils lui ont appris où se trouvaient les points de pression traditionnels birmans. C’était sa première formation.

Lorsque ses amis et sa famille étaient stressés tout au long de sa jeune vie, il frottait leurs épaules et les massait avec un mélange d’intuition et de ce qu’il avait appris de ses grands-parents. Ils disaient toujours « tu as de si bonnes mains, Zaw ».

Il a découvert que grâce au toucher, il pouvait aider à soulager la tension des gens. Pouvoir aider a fait Zaw se sentir bien. Au fil du temps, il est devenu de plus en plus motivé à aider les personnes épuisées à trouver soulagement et réconfort. Et donc, quand il est venu au Canada et qu’il n’a pas pu pratiquer le massage, c’était difficile, mais il ne pouvait pas y renoncer. C’était ce à quoi il était doué – ce qu’il aimait – et il s’est donc efforcé de réaliser son rêve.

 

Certifié

En 2019, après un an d’études à IKRA, Zaw a obtenu son diplôme et a terminé sa certification de massage professionnel. Pendant les 2 mois suivants, il a remis son CV et en un rien de temps, il a été embauché à la fois par l’hôtel Queen Elizabeth et une clinique de médecine traditionnelle chinoise (MTC).

Avec 2 emplois à temps partiel, ce n’était toujours pas la stabilité qu’il souhaitait. Pourtant, c’était un pas énorme dans la bonne direction – il gagnait assez d’argent en pratiquant la massothérapie.

Aujourd’hui, un peu plus de deux ans plus tard, il travaille dans l’un des spas les plus connus de Montréal. Il masse des célébrités et développe son propre cabinet privé.

 

massage therapist, Zaw--a graduate of IKRA Academy Massage School-- concentrating while giving a massage.

 

Zaw, tu avais déjà tellement d’expérience quand tu es venu au Canada; qu’as-tu appris à IKRA ?

Oui, je connaissais déjà le massage birman et un peu de thaï, mais j’ai quand même beaucoup appris à IKRA. J’ai appris beaucoup de nouvelles techniques que je mélange maintenant avec mes autres méthodes. Je pense que ce mélange est ce qui rend mon style si unique à moi.

De plus, en tant qu’étudiant international, l’une des choses les plus importantes que j’ai apprises à IKRA a été de savoir comment traiter avec les clients. J’ai appris la culture canadienne et comment mettre mes clients confortables et à l’aise.

J’ai tellement de respect pour mes professeurs. Ils étaient incroyables et m’ont montré comment travailler avec les draps, utiliser correctement mes outils et utiliser la musique et l’odeur pour créer une atmosphère agréable. Plus que tout, ils m’ont appris à travailler avec le plus haut niveau de professionnalisme.

 

Quelle a été ta partie préférée de tes études à IKRA ?

C’était de travailler en classe avec les professeurs et les autres élèves. C’était un gros avantage. En observant les autres étudiants et en voyant comment chacun avait des styles et des approches différents, j’ai beaucoup appris.

 

Quelle a été la partie la plus difficile de ton parcours ?

Au début, la langue et la culture étaient mes plus grands défis. À mon arrivée au Canada, je suis retourné à l’école et j’ai étudié l’anglais et le français; c’était difficile. Et c’est vraiment mon passage à IKRA qui m’a aidé à mieux comprendre la culture.

 

Zaw, j’ai entendu dire que ton employeur chez Queen E a dit qu’il n’avait jamais vu un massothérapeute recevoir autant de commentaires positifs de la part de ses clients. Pourquoi penses-tu que c’est le cas ?

Je pense que c’est à cause de mon intention. Avec tous mes clients, je me connecte avec eux, et respirant de mon cœur, je travaille avec l’intention que ce que je fais les aidera à recevoir ce dont ils ont besoin. Je n’essaie pas de donner un massage parfait ; mon objectif est de donner à mes clients ce dont ils ont besoin.

 

As-tu toujours fait des massages avec cette intention ?

Quand j’étais en Birmanie, je travaillais dans un salon. Quand je travaillais avec des gens, j’avais une intention positive pour eux. Les gens disaient que c’était différent quand je les touchais. Alors, j’ai continué à le faire parce que cela semblait aider. Puis, à IKRA, j’ai appris que les massothérapeutes doivent toujours se connecter avec leurs clients. J’ai suivi cet enseignement et je l’ai appliqué à ce que je faisais déjà. Maintenant, je me connecte avec mes clients et je travaille dans l’intention de servir au mieux leurs intérêts.

 

Zaw Lazum -- an IKRA Academy Graduate -- giving a professional massage

 

Un style de massage unique

Dans le massage traditionnel birman, on retrouve les influences des nations voisines : Inde, Chine, Thaïlande. Pourtant, en même temps, le massage birman est unique.

Après avoir reçu un massage de Zaw, je peux dire que son style est à peu près le même : il contient des pièces que je pourrais reconnaître du massage suédois, de la MTC et du massage thaï pour n’en nommer que quelques-uns, mais c’était son propre style unique.

Il est difficile de dire exactement ce qui était différent de mon massage avec Zaw. Mais une chose que je peux dire, c’est qu’il était complètement présent. J’ai senti qu’il se souciait vraiment de moi et que mon confort et mon aisance étaient ses principales préoccupations. Que ses mains n’effectuaient pas seulement les mouvements mécaniques pratiqués en massage, mais qu’il s’adaptait à la tension et au stress qu’il découvrait en travaillant.

Avec quelqu’un d’aussi compétent, dévoué à son métier et centré que Zaw, je sais que son talent ne fera que s’approfondir avec le temps. Et nous tous à IKRA Académie de massothérapie sommes fiers de le compter parmi notre famille.

Cliquez ici pour visiter la page Facebook de Zaw.

Cliquez ici pour en savoir plus sur nos programmes professionnels.

Panier0
There are no products in the cart!
Poursuivre les achats
0